Souplesse




         Il me raconta l’histoire ainsi : c’était en août 1939. Dans les années vingt, son père avait été un boxeur mi-lourd d’un bon niveau puisqu’il avait été champion de je ne sais plus quoi. Cela se passait dans un café, à Dijon, boulevard Carnot.
L’ex-boxeur avait un peu forcé sur le Cinzano.
 — Regardez les gars : c’est mon fils. L’est costaud.
 — Ouais, c’est l’costaud des Batignolles, dit l’un.
 — Un futur champion de boxe, hein Ferdinand ? dit un autre.
 — Ouais, mais y a pas que le muscle. Faut aussi de la souplesse. Important ça, la souplesse dans la boxe. Important, ouais...
 — Ah…
 — Tenez, moi je pourrais encore remonter sur un ring. J’ai gardé toute ma souplesse, affirma l’ex-boxeur.
 — Exagère pas Ferdinand, dirent-ils en chœur.
 — Ben j’dis vrai. Puisque j’ vous l’ dis.
      Ferdinand demanda un balai au taulier qui le lui passa par-dessus le bar.
 — Regardez, m’en va vous montrer.
Et il plaça le balai devant lui à hauteur des genoux, bras tendus. Il prit sa respiration...
Bon, ça aurait pu être ça...
Seulement les semelles des souliers fatigués de Ferdinand bâillaient un peu. Elles accrochèrent le manche. Du coup, l’ancien boxeur, projeté en avant, se fracassa sur le rebord du zinc.
Les autres aidèrent Ferdinand à se relever. Bouche et nez en sang.
— Allez p’tit, ramasse les dents d’ ton vieux, fit l’un deux.
Neuf jours plus tard éclatait la guerre.



Aucun commentaire:

Enregistrer un commentaire